EXPOSITION

VERNISSAGE

17/06/2021 à 00:00

FINISSAGE

10/07/2021 à 16:00

Images d’inconnaissance

Du 18/06/2021 au 10/07/2021

Serge Meurant et « l’inconnaissance ». De la nécessite du dessin pour renouer avec son corps

Le poète Serge Meurant s’est métamorphosé. Atteint par la maladie portant des noms identifiant des disfonctionnements de ses organes, l’homme de lettres et d’esprit se rend compte qu’il a un corps. N’ayant jamais pratiqué de sports ni d’activités physiques il ne se connaissait pas en chair et en os.

Hospitalisé, il rencontre un chirurgien, qui, telle une couturière, lui dessine un « patron » pour lui faire voir ce qu’il va « découper » et « recoudre ». Interpellé par cet ouvrage, Serge Meurant prend conscience de son corps comme un chantier sur lequel le chirurgien usera de ses outils et de ses compétences.

L’opération se préparant, le poète se mesure à la maladie en écrivant et en composant des textes sur le devenir de son corps. Via les scanners, il se voit par images de l’intérieur.

L’intervention achevée, au réveil, subissant les poussées de la douleur, il se met à chanter à tue tête sa présence au monde. Devenu tonitruant, il ex-iste exprimant un vouloir être marquant son accord avec la vie.

Extrêmement réceptif à ce qui lui arrive, à savoir ce changement d’état subi par l’opération, son corps modifié, il décide de s’exprimer par le dessin. Il ne donne plus la parole à sa main, il la laisse plutôt montrer comment il se sent. Écorché de l’intérieur, fébrile, il condense des énergies vitales qu’il ignorait jusqu’alors, ce qui lui permet de réconcilier son corps avec son esprit.

Grâce à la maladie, le poète se sent impliqué dans un processus vibratoire corporel qui lui donne accès à une pratique « d’inconnaissance ». Détournée du langage articulé et des mots connus, sa main s’est mise à agir de concert avec ce vouloir vivre qui affecte son esprit en le rendant plus sensible et ouvert à ce qu’il ressent physiquement. Elle a donné naissance à des petits dessins libres et indépendants qui par la profondeur de l’encre livrent une expression spirituelle.

Cet écorché a donc abandonné les axes de la représentation raisonnable pour mettre en place un concept « d’inconnaissance » qui nous donne enfin la possibilité de délaisser le connu. Serge Meurant nous invite ainsi à rencontrer notre altérité et nous donne une fameuse leçon de vouloir vivre hors des registres officiels.

En connivence, Michelle Corbisier, sa compagne, exposera ses gravures accompagnées des fusains de Mouna Ikhlassy, des dessins de Kiran Katara et Niki Kokkinos.