Léo BARON chez ODRADEK
EXPOSITION

VERNISSAGE

08/11/2018 à 00:00

Alternances

Du 09/11/2018 au 01/12/2018

Les médiations graphiques de Léo Baron
En complète harmonie avec la philosophie d’ODRADEK1, Léo Baron nous confie une série de dix tableaux ouvrant un dialogue entre des lavis d’encre et des signes-traces.

En lieu et place de couches de peintures limitées de bords francs, de frontières étanches ou de lignes claires, l’artiste procède par liaisons et passages entre des lavis et un ordonnancement de signes. En inventant un dispositif graphique à la trame équilibrée par le vide, et l’inscrivant dans des surfaces encrées, Léo Baron met en dialogue les registres primaires de l’écriture et de la peinture. Ces derniers, convoqués eu égard à leurs énergies brutes, non codifiées ni domestiquées, révèlent de nouvelles correspondances entre les surfaces encrées et tracées. On voit se chevaucher des plans de couleurs et des traces-empreintes. Bien sûr, rien à lire, à déchiffrer, tout est à comprendre dans le trafic incessant entre des pôles que nous avons appris à voir de manière dissociée. Léo Baron dépose sur le papier vélin des traces ou graphes, que nous pourrions aussi nommer empreintes visuelles, ou peut être chorégraphies puisque rien n’est figé par la main. Le support écrit et peint reste en tension et mouvement, sa rythmique est sa dynamique. L’artiste nous convie ainsi à participer au devenir signe du dessin et de l’encre.

En les juxtaposant, en les mettant d’accord, Léo Baron concilie signes et encres. En cela, il nous installe dans une pratique de non-rupture, de non-dissociation. Sa superposition des espaces donne à voir le fragile équilibre existant entre l’homme et le monde et entre les hommes eux-mêmes.

Simone Schuiten